Campagne contre le harcèlement sexiste dans l’espace public

Vignette
Face au phénomène persistant de harcèlement sexiste dans l’espace public, dont les transports en commun, le Gouvernement wallon et le TEC lance une campagne de sensibilisation dont l'objectif est notamment de montrer comment on peut réagir en tant que témoin de faits de harcèlements.

Le harcèlement sexiste fait partie intégrante du quotidien des femmes. Selon une étude de 2016 réalisée par l'asbl JUMP, 95 % des Wallonnes ont fait l'objet de sexisme dans l'espace public. Le plus souvent, il s'agit de propos déplacés, de huées, de sifflements. Dans un tiers des cas, le sexisme se traduit par des agressions et du harcèlement physique. 93% ont par ailleurs éprouvé de la colère et 71% se sont senties blessées. Dans 78% des cas, personne n'a soutenu ou aidé les victimes et 82 % d'entre elles n'ont pas porté plainte.

Cette situation a pourtant un impact non-négligeable sur le comportement des femmes et des filles, sur leur liberté d'expression et de mouvement. Le confinement n'a pas diminué les faits de harcèlement sexiste, moins de monde dans les espaces publics pouvant, au contraire, favoriser ce type de comportement.

Témoin de tels faits ? On agit

La campagne « J'agis » a pour objectif de renforcer la conscientisation de chacun et, plus particulièrement, des témoins de scènes de harcèlement dans l'espace public en leur donnant des clés pour réagir.

Les associations de défense des femmes ont été associées à l'élaboration de cette action de sensibilisation, qui entend également faire évoluer les mentalités, de manière à remettre au centre des échanges entre hommes et femmes les notions de respect, de consentement et d'égalité.

En pratique, la campagne se décline via plusieurs canaux :

  • Une campagne d'affichage en deux parties sur 200 bus et informations sur les différents supports du TEC :
  • Des affiches ayant pour but d'interpeller le grand public, qui contiennent des insultes et/ou interpellations fréquemment proférées envers les femmes.
  • Des affiches avec des exemples de situations pour inciter les témoins à intervenir en détournant l'attention de l'agresseur.
  • Trois capsules vidéo qui mettent en scène des témoins intervenant lors d'une situation de harcèlement ; elles seront diffusées sur les réseaux sociaux et en télévision.
  • Un site internet jagis.be qui contiendra enfin des informations tant pour les victimes que pour les témoins sur les possibilités pratiques et légales pour faire face aux situations de harcèlement.

 

Les collaborateurs du TEC également sensibilisés

La lutte contre le harcèlement sexiste passe également par un plan plus vaste dans lequel le TEC s'est engagé depuis 2018, avec notamment la formation de nos collaborateurs sur le comportement à adopter s'ils sont témoins de faits de harcèlement ou si de tels faits leur sont signalés.

 

 

Retour aux actualités